Les avantages fiscaux du crowdfunding : impossible de résister !

[:fr]Connaissez-vous le crowdequity ? Le financement participatif par la souscription de titres permet de réunir les investisseurs passionnés, à la recherche de nouveaux placements avec les entrepreneurs en quête de financement. Les entrepreneurs reçoivent ainsi un soutien financier, mais également un accompagnement juridique, une possibilité de communiquer autour de son entreprise et un accès au réseau de l’investisseur. Les épargnants de leur côté peuvent diversifier leur patrimoine, obtenir un retour sur investissement avantageux sur le long terme, participer à une aventure entrepreneuriale,… et bien évidemment profiter de la réduction d’impôt.
Même si les avantages fiscaux ne figurent pas parmi les premières motivations d’un investissement via les plateformes de crowdfunding, l’aspect financier d’une telle opération de placement n’est pas négligeable et peut même s’avérer très lucratif.
Actuellement, la règlementation française propose aux investisseurs quatre dispositifs fiscaux, dont deux offrent des avantages à l’entrée dans le capital d’une entreprise et deux autres peuvent être utilisés à la sortie. Ces deux types d’avantages ne sont pas cumulables, l’investisseur doit faire son choix en amont et opter pour une des deux solutions.

Les dispositifs à l’entrée dans le capital

Si l’investisseur préfère défiscaliser son investissement à l’entrée dans le capital de l’entreprise, il pourra choisir entre la réduction de l’IR (loi Madelin) ou de l’ISF (loi Tepa).
→Le dispositif de la réduction de l’IR permet aux redevables de l’IR de réduire son impôt de 18% des sommes investies dans le capital d’une entreprise à travers une opération sur la plateforme de crowdfunding. La réduction maximale est de à 9 000€ par personne pour un investissement de 50 000€, à condition que l’investisseur garde ses parts dans l’entreprise durant cinq ans au moins.
→Avec le dispositif ISF les redevables réduisent leur impôt de 50% des sommes investies dans le capital des entreprises, dans la limite de 45 000€ de réduction. Le redevable doit également conserver ses parts dans l’entreprise pour une durée minimale de cinq ans.
Un exemple d’application des dispositifs : avec 30 000€ investis dans le capital d’une PME, l’épargnant peut avoir la réduction de 5400€ de l’IR ou bien, de 15 000€ de l’ISF. Attention, les dispositifs ne sont pas cumulables.

 

Cependant, toutes les PME ne sont éligibles aux dispositifs IR et ISF. Les entreprises éligibles doivent répondre aux critères suivants :

•Employer au moins deux, mais moins de 250 salariés,

•Avoir le CA inférieur à 50 millions ou le total de bilan inférieur à 43 millions d’euros,Ne pas exercer certaines activités, comme, par exemple, la gestion de patrimoine mobilier, l’activité financière, et c.,

•Avoir son siégé dans un Etat membre de l’Union Européenne,

•Respecter le plafond des aides de 200 000€.

•En général, les plateformes de crowdfunding analysent l’éligibilité et l’indiquent sur la fiche de l’entreprise.

Les dispositifs à la sortie du capital

De l’autre côté, si l’investisseur souhaite profiter des dispositifs à la sortie : cela peut prendre la forme d’un PEA (plan d’épargne en action) ou PEA-PME. Le PEA permet de composer un portefeuille d’actions, en bénéficiant d’une exonération d’impôts sur les plus-values et les dividendes. Il peut être ouvert auprès d’une banque ou auprès d’une entreprise d’assurance.

→Le dispositif PEA permet de bénéficier d’une exonération d’impôts, hors prélèvements sociaux (CSG +CDDS), de 15,5%, avec le versement plafonné à 150 000€ par personne, à condition de ne pas effectuer de retraits pendant cinq ans. Si les titres sont détenus entre deux et cinq ans, les gains nets seront imposés à hauteur de 19,9% en plus des prélèvements sociaux. Un retrait avant deux ans implique un prélèvement à hauteur de 22,5% en plus des prélèvements sociaux.

→Le PEA-PME est destiné aux financements des PME et des ETI, avec un plafond de 75 000€. Ce dispositif est cumulable avec le PEA classique. Ainsi, avec l’ouverture d’un PEA classique et d’un PEA-PME, l’investisseur peut verser jusqu’au 225 000€.

Pour choisir la meilleure stratégie fiscale lors d’un investissement dans le capital via les plateformes de crowdfunding, il est donc nécessaire de vérifier l’éligibilité de l’entreprise, la fiabilité de la plateforme de crowdfunding et bien sûr d’analyser vos besoins.

Si vous avez des questions, contactez Jurisglobal, nous avons toutes les réponses.[:]

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER ET RECEVEZ TOUTE L’ACTUALITÉ JURISGLOBAL.

Menu

Rechercher par secteur

Beirut office

Telephone

Tel : xx xx xx xx xx
Fax : xx xx xx xx xx

Address

xx xx xx xx xx
xx xx xx xx xx

Email

Email : xx xx xx xx xx

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

Vivamus condimentum dignissim lacinia. Duis volutpat urna nec pretium dapibus.

Maecenas laoreet, elit in venenatis aliquam, nisi nunc suscipit purus, eu porttitor nisi dolor sit amet enim.

Ut semper maximus elit nec sodales. Nulla facilisi.